WP2: Concevoir des techniques viticoles optimisées pour réduire les pesticides

Objectifs

Les objectifs du WP2 sont :

  1. de tester les performances à moyen terme des parcelles plantées en variétés résistantes
  2. de réduire l'utilisation des pesticides sans affecter la rentabilité des vignobles grâce à des techniques de désinfection et d’amélioration agronomique de la morphologie de la baie et des grappes
  3. d’améliorer la précision, la robustesse et la fiabilité des modèles de prévision des maladies utilisés pour prédire les contaminations au vignoble et pour aider les économies de pulvérisation grâce à une approche non basée sur le calendrier.

Contexte


4 axes de travail différents seront développés à l'intérieur de ce WP. Le premier concernera la résistance naturelle aux maladies fongiques. La plupart des variétés de V. vinifera sont pleinement sensibles aux principaux agents pathogènes, comme E. necator et P. viticola responsables de l'oïdium et mildiou. Cependant, d'autres espèces de Vitis, qui ont co-évolué avec ces agents pathogènes, affichent des niveaux modérés à élevés de résistance et ont été utilisés en tant que parents résistants dans les programmes de sélection. L’évaluation simultanée du niveau de résistance et du comportement agronomique de ces génotypes est un travail nécessaire. Par ailleurs, on en sait peu sur la capacité des agents pathogènes à contourner ces résistances. Une évaluation du potentiel de durabilité de la résistance est indispensable afin d’aider la sélection de résistance durable et la conception de gestion durable de ces variétés résistantes. Le deuxième axe de travail impliquera des mécanismes de résistance indirecte. En effet, les grappes lâches sont moins sensibles à la pourriture puisqu’elles permettent une meilleure circulation de l'air à l'intérieur de la grappe ainsi qu’une diminution du contact entre les pellicules et les lésions au sein de baies voisines. Ainsi, il est nécessaire de développer des techniques de gestion de la végétation économiquement viables permettant d’améliorer la morphologie des grappes et des baies et de vérifier leur efficacité sur plusieurs millésimes. Le troisième axe de travail portera sur la modélisation des maladies. Plusieurs modèles épidémiologiques fondés sur des relations entre les maladies et les conditions météorologiques ont été validés et développés avec succès. Ils fournissent aujourd’hui une alerte précoce sur les périodes d'infection pour les principales maladies de la vigne comme l'oïdium et mildiou. Toutefois, le travail engagé sur les modèles de prévision mérite d’être poursuivi afin de prendre en compte d’autres maladies, les génotypes sensibles et résistants, et d’intégrer les  interactions entre le développement de la vigne et le cycle de l’hôte. La dernière partie du WP2 se référera aux techniques de lutte contre les ravageurs et à des outils innovants permettant de limiter ou de supprimer l'utilisation de fongicides. Les stratégies étudiées seront basées sur Ampelomyces, un agent de biocontrôle (ABC) qui agit comme mycoparasites intracellulaires naturels d'un grand nombre d'espèces d'oïdium dans le monde entier.

Responsable du Work Package


Pr. Stefano Poni
Università Cattolica del Sacro Cuore
Via Emilia Parmense 84
29121 Piacenza
Italie

Autres partenaires impliqués

 INRA, GRC, ITQB, ISA, JKI, IGA, HORTA, FORCE A et SCHLOSS

 
 
European Union
Innovine est un projet collaboratif européen qui a reçu un financement du 7ème Programme Cadre de l’Union Européenne pour la recherche, le développement et la démonstration technologique dans le cadre de l’accord de subvention n° 311775.
Mentions légales - Plan du site - copyright Innovine ©2013